Le groupe Durand est soutenu par loosbigwalk2018_french_tcs loosbigwalk2018_french_whoweare loosbigwalk2018_french_faqs loosbigwalk2018_french_fundraising loosbigwalk2018_french_register Le Durand Group KEEPS Inscription Conditions Générales Soutiens nous! Cliquez sur le logo pour visiter le site Web Activité minière sur le front britannique

Au milieu de l'année 1917, la guerre des mines s'apaise dans ce secteur. Mais les Pionniers Allemands continuent de déployer leurs mortiers de tranchée extrêmement efficaces (minenwerfers) pour harceler les Britanniques, faisant un nombre inquiétant de victimes et infligeant des dommages constants aux tranchées. En réponse, les tunneliers britanniques, renforcés par la suite par la 3ème Compagnie de tunneliers australiens, mettent en place un ambitieux plan de défense souterrain et, dans les six mois qui suivent, des dizaines de tunnels de communication pour l'infanterie (galeries souterraines) sont construits à l'intérieur du Saillant pour protéger les troupes. Le système de galeries

"Au Nord de Lens, près de Hulluch, où j'ai travaillé avec Sanderson, toute la défense du front semble être souterraine. La garnison d'infanterie vit sous terre, les mortiers de tranchées et leurs équipages sont sous terre. Les mitrailleuses sont sous terre et, sur plus d'un kilomètre derrière la ligne de front, les tranchées de communication sont souterraines. Le chemin de fer léger achemine les réserves aux emplacements des canons par un chemin de fer encore plus léger, souterrain !"


Charles Bean, historien officiel australien de la Grande Guerre

En tout, 26 divisions alliées ont servi dans le Saillant de 1915 à 1918, y compris deux unités françaises et quatre unités canadiennes.  Avec ses 13 mois de présence, la 46ème Division Territoriale (North Midland) est l'unité qui est restée le plus longtemps sur le Saillant. Toutes les îles britanniques et presque tous les territoires de l'Empire Britannique ont fourni des troupes pour ce qui fût l'apothéose de la Guerre de Tranchées.


En 1939, la guerre est de retour au Saillant de Loos et les tunnels d'Hulluch creusés par les Britanniques en 1916 sont occupés par les sapeurs d'une nouvelle British Expeditionary Force, qui les

Plan du tunnel de Hythe près de la cote 70 (3e Australian Tunnelling Company), 1918

En août 1917, dans le but d'éloigner les réserves allemandes de l'Offensive vers le Nord ou du moins de maintenir les unités existantes dans le Saillant, le Corps canadien, soutenu par les divisions britanniques, est chargé de capturer la Côte 70 et la banlieue de Lens.  L'assaut n'a rencontré qu'un succès partiel, bien qu'il ait permis de gagner du terrain et d'augmenter la pression sur Lens elle-même. Cinq Croix de Victoria canadiennes et deux britanniques ont été accordées lors des combats acharnés.


Mais la capitulation de la Russie à l'automne a de lourdes conséquences en ce qu'elle libère des centaines de milliers de troupes allemandes et austro-hongroises


Loos, Fosse 15 et son Crassier (IWM Q43113) Cylindres de gaz de chlore

Le Saillant De Loos 1915-2018


"... le Pays Noir de France, parsemé de villages miniers où chaque maison était un nid de mitrailleuses, avec des terrils et des carreaux de mine qui constituaient d'effroyables redoutes, avec des tranchées et des barbelés, des piles de briques et des carrières, organisés pour la défense en cas de guerre de siège, la cavalerie aurait aussi bien pu traverser l'enfer avec l'espoir "d'exploiter" le succès..."


Le correspondant de guerre Phillip Gibbs


        En octobre 1914, la 6ème armée allemande marche sur Lens, qu'elle envahit ainsi que ses villes et villages voisins. Le XIVe corps d'armée (XIV Armee Korps) établit rapidement une ligne de front solide à l'ouest de Loos-en-Gohelle, de Grenay jusqu'au canal de La Bassée à Cuinchy au nord. Au début de l'année 1915, juste en face de Loos-en-Gohelle, les Allemands construisent une seconde ligne de " Village ", flanquée de deux effroyables redoutes armées de mitrailleuses, Fort Glatz et Stützpunkt 69, comprenant des abris enterrés profonds et des tranchées protégés par d'épais enchevêtrements de barbelés. Plus loin encore, une autre ligne défensive est en construction, avec encore plus de redoutes fortifiées, parallèle à la route nationale de Lens à La Bassée.

       "La Bataille de Loos" nait d'une offensive de l'armée française beaucoup plus grande dans l'Artois et la Champagne, conçue par le Maréchal Joseph Joffre pour expulser l'ennemi du sol français et soulager les armées russes en ruines à l'est.

        Sur un front d'une trentaine de kilomètres entre Arras et le canal de La Bassée, la partie Artésienne de l'offensive implique la Dixième Armée du général D'Urbal, ainsi que la Première Armée de Haig. Les deux seront renforcés par des attaques subsidiaires sur d'autres fronts afin d'empêcher les réserves ennemies d'aller soutenir l'assaut principal.


Les Britanniques devaient capturer le territoire allant du canal de La Bassée à la Côte 70 surplombant Lens au sud, puis se diriger vers le canal de la Haute Deûle, à partir de là la cavalerie pouvait être déplacée. Après s'être emparé de la plaine de Douai, la cavalerie française poursuivra vers Valenciennes à proximité de la frontière belge.

"La Bataille de Loos" et les "Actions de la Redoute Hohenzollern" ont lieu entre le 25 septembre et le 15 octobre 1915.  163 bataillons d'infanterie britanniques sont impliqués sur un front s'étendant de Grenay à Givenchy-lès-la-Bassée : 117 anglais, 38 écossais, 7 gallois et 2 irlandais.

Résultat : 48 367 victimes, 46% tuées ou portées disparues, avec un nombre disproportionné d'officiers parmi eux, dont trois major-généraux. 22 Croix de Victoria ont été attribuées pendant la bataille (dont trois dans des lieux subsidiaires situés plus au nord.

Du 30 septembre au 31 décembre, deux divisions françaises, les 17e et 18e, tenaient la ligne à Loos en soutien aux Britanniques, repoussant un certain nombre de contre-attaques allemandes féroces.

47e (2e Londres) Division attaque à Loos

La bataille a aussi été marquée par la première utilisation britannique de gaz toxiques durant l'assaut, plus de 5500 cylindres contenant 150 tonnes de chlore ; la première utilisation importante des Nouvelles Armées de Kitchener, les 9ème et 15ème (Scottish), 21ème (Northern) ainsi que les 12ème et 24ème (Eastern) Divisions ; un certain nombre d'innovations techniques et tactiques, dont le tir indirect des mitrailleuses, et la participation des troupes chinoises. Cette bataille est également importante pour une autre raison clé :  elle a entraîné le renvoi du Commandant en Chef de la British Expeditionary Force, le Feld-Maréchal Sir

La bataille de Loos n'a pas non plus atteint ses objectifs secondaires, à savoir encercler Lens par les deux flancs ; rétablir une guerre de mouvement et, ce faisant, reprendre possession de plusieurs actifs miniers importants de la région, dont celui de Lens. De cette bataille, résulte cependant un saillant vulnérable dans lequel les Allemands pouvaient diriger toutes leurs ressources d'artillerie en toute impunité pendant les deux années à venir, réduisant la plupart des communautés locales à l'état de ruines et détruisant les infrastructures minières restantes.

D'un point de vue stratégique, le Saillant de Loos est alors passé en retrait, les deux camps acceptants progressivement, et à contrecœur, que la guerre ne serait probablement ni gagnée ou perdue en ce lieu. Ce dernier devient alors une pépinière idéale pour réintroduire les tactiques médiévales qui caractérisèrent tant de conflits antérieurs de l'histoire, l'art de la Guerre de Siège, et ce, pendant trois ans de la fin de l'année 1915 jusqu'à l'armistice de 1918. Alors que les lignes se stabilisent, des compagnies de tunneliers spécialisées sont déployées et des secteurs miniers sont établis, du sud au nord dans le Saillant : Double Crassier, Copse, Côte 70, Chalk Pit, Hulluch / St Elie, Hairpin, Hohenzollern, Cuinchy vers le nord jusqu'à Givenchy-lès-la-Bassée et le canal de la Bassée.  Ici, des hommes ont vécu, se sont déplacés et ont combattu sans cesse pendant près de quatre ans, creusant une myriade d'abris, de souterrains et de tunnels ; un monde troglodyte si vaste que certaines des installations souterraines pouvaient être considérées comme des communautés à part entière. En trois ans de Guerre de Tranchées, plus de 300 mines ont été tirées entre Grenay et Givenchy-lès-la-Bassée, sur une période de onze mois.


À la mi-mai 1918, les Allemands commencent à s'essouffler psychologiquement et logistiquement. En septembre, ils sont en retraite générale et le 19 octobre 1918, tout juste quatre ans après son occupation, le Saillant de Loos, incluant Lens et La Bassée, est finalement libéré. Le Saillant est entièrement détruit sur tous les plans et il va falloir près de dix ans avant que les communautés ne commencent à ressentir un semblant de normalité.

John French et la promotion de son subordonné direct, le Général Sir Douglas Haig. d'Hulluch est le plus vaste, contenant tout type d'installations de commandement et de contrôle : Les Canadiens se reposent près de la cote 70, août 1917 Ruines de Fosse No.5, Loos-en-Gohelle